Pourquoi C’est Une Bonne Idée De Construire Une Maison Passive En

idee interieur maison design Pourquoi C’est Une Bonne Idée De Construire Une Maison Passive En

idee interieur maison design Pourquoi C’est Une Bonne Idée De Construire Une Maison Passive En

Plan maison bioclimatique architecte
Comment construire une maison passive
Comment définit on une maison passive
Plan maison bioclimatique architecte plan maison bioclimatique architecte
Construire maison passive pas cher
Cette maison passive se construit en 10 jours seulement
Plan maison bioclimatique architecte plan maison bioclimatique architecte plan maison bioclimatique architecte
Une maison passive pour des économies dénergie
Les maisons passives des habitations autonomes et performantes
Que faut il pour une maison passive et puis dabord c
La maison passive une architecture du futur
Anticiper la rt 2020 ou encore rbr 2020 pour mieux construire ou rénover
Plan maison bioclimatique passive architecte plan maison bioclimatique passive architecte
Construire maison passive pas cher
Configurateur studio jardin en kit
1 2 3
Pourquoi construire une maison passive
La maison de jean pierre pfenninger accueillante confortable et pas cher
Maison passive
Larchitecte vaut il son coût

Le compromis à trouver entre investissement de départ et économie de fonctionnement a permis de calculer les valeurs optimales à respecter. Les critères chiffrés pour concevoir un projet passif sont donc issus d’un calcul économique qui optimise l’investissement, et non d’une estimation. Si la construction passive vous intéresse, c’est probablement que votre horizon ne se limite pas à l’année prochaine… Un des avantages du passif est d’être en avance sur la réglementation thermique actuelle.

Le climat et les habitudes régionales restent les principales influences sur l’architecture des constructions passives. Cependant, elles ont souvent des murs épais, de fait de la quantité d’isolant nécessaire. Vous verrez aussi souvent de grandes fenêtres orientées au sud pour profiter de l’apport solaire et peu de fenêtres au nord pour éviter les déperditions.

Egalement, la qualité de l’air sera meilleure et saine, sans composés organiques volatils. Un air de bonne qualité est l’une des exigences fondamentales nécessaire à un climat intérieur sain. Cela implique un système de ventilation performant étant donné l’étanchéité continue de la maison.

L’utilisation d’isolants sous vide, de verres spéciaux, de nouveaux appareils de récupération de chaleur, de matériaux à changement de phase et de nouvelles techniques de préfabrication émergent pour répondre aux nouveaux besoins exprimés par la construction de bâtiments passifs.

Le confort phonique est aussi très présent de par les triples vitrages mais aussi de l’isolation importante qui empêche ainsi les nuisances sonores de l’extérieur d’être trop présentes dans l’habitat.

16:24Le renouveau de la Maison de la Culture de Namur15:33Eagles of Architecture: “Nous redessinons des exemples illustres de l’histoire”16:59En images: le pavillon d’une maison de maître fait entrer la verdure16:52En images : une villa moderniste bénéficie d’une rénovation contemporaine16:46En images : une maison à patio parfaitement intégrée dans son environnement16:40En images : ensevelie, et pourtant baignée de lumière17:28Quinze millions d’euros pour rénover 3 joyaux du patrimoine wallon15:01Jan De Nul obtient la construction d’un parc éolien offshore à Taïwan15:54Namur lance l’opération “Renov’Energie” un accompagnement pour les projets de rénovation15:12Journée de la Rénovation: un dimanche riche en expériences15:02Jan De Nul va construire un parc éolien à Taïwan14:54Le concours d’architecture be.

exemplary 2018 met l’accent sur les projets de particuliers15:07Une maison qui se déplie en dix minutes15:30Rencontre avec les artisans du patrimoine17:04L’unité fait la force16:59En images: Un immeuble aux multiples facettes16:51En images: Une harmonieuse sobriété16:44En images: Un projet très en avance sur son temps16:19En images: une reconstruction aux allures de maison neuve13:1720 bougies pour le bois

Grâce à ses réglementations très strictes, Bruxelles est chef de file mondial en matière de construction passive. Bien qu’on associe souvent le passif à des constructions modernes et épurées, on peut également recourir à un matériau classique comme le bois.

Pour plus de détails techniques, vous pouvez consulter les pages Critères techniques et La labellisation.

Accueil La construction passive Actualités Définition de la construction passive Les critères techniques Les critiques La rénovation en passif Comparatif passif/BBC Le confort d’été Journées Portes Ouvertes Double ou triple vitrage Le glossaire L’association Actualités L’association Devenir membre Professionnels membres L’équipe Espace membre La labellisation Actualités En neuf En rénovation Les composants Les critères Devis R&D Actualités EuroPHit EuroPHit : études de cas Nord EuroPHit : première rénovation française Europhit : comparatif économique rénovation BBC/passive Forum Documents et logiciels Actualités La Brochure Verte Le logiciel PHPP Le logiciel Psi Le logiciel DesignPH Les cahiers techniques LE MANUEL UTILISATEUR Les essentiels Passi’bat Livre pour enfants Livre du Moniteur ETUDES ET RAPPORTS Les formations Actualités Catalogue CEPH Examen CEPH CEPH + CEPH A Examen CEPH A CEPH D Formation PHPP Formation Psi Le MOOC Passi’bat Actualités L’événement Le programme Les visites Les Essentiels Le réseau Actualités Professionnels membres Les diplômés CEPH Les diplômés CEPH A Les bâtiments certifiés Les produits certifiés Les organisations dans le monde La boutique La boutique Mon panier Mon compte

Bruno Riche, de l’entreprise de menuiserie Riche à Mariembourg, nous explique pourquoi. “On voit clairement que les valeurs énergétiques baissent. À l’heure actuelle, elles oscillent entre 1 et 1,4. La réglementation diffère d’une province à l’autre et d’une région à l’autre. Cependant, nous souhaitons aller encore plus loin. Nous sommes le seul fabricant belge à vendre des fenêtres en bois aux coefficients nécessaires pour les constructions passives (moins de 0,8 Uw). C’est quelque chose qui évolue très rapidement à Bruxelles.”

Oui et non, si on estime qu’une construction n’est écologique que si elle est construite en matériaux naturels. Un bâtiment passif peut être construit avec de nombreux matériaux, du plus artificiel au plus naturel. Ceci dit, il est tout à fait possible d’avoir les deux : conception/construction écologique et performance passive. 80 % des maisons passives sont à ossature bois. C’est moins souvent le cas en tertiaire.

Mais beaucoup moins cher… si on prend en compte le coût de fonctionnement ! Grâce aux économies d’énergie que permet la construction passive, le coût de fonctionnement sera inférieur à celui d’un bâtiment « réglementaire » pendant des dizaines d’années. Le surcoût de construction sera donc amorti bien avant la période de fin d’occupation. N’est-ce pas la caractéristique d’un bon investissement ?

La base de données des bâtiments passifs donne un bon aperçu de la variété des modes constructifs.

Le besoin de chauffage doit être inférieur à 15 kWh/m²/an. C’est le résultat de l’optimisation économique (pas de système de chauffage indépendant). Pour une maison de 100 m², cela représente donc un maximum de 1 500 kWh pour une année complète.

La consommation d’énergie primaire doit être inférieure à 120 kWh/m²/an (ancien critère) et inférieure à 60 kWh/m²/an d’énergie renouvelable (nouveau critère) tous usages confondus, du chauffage à l’électroménager.

Selon la source d’énergie utilisée, la conversion de l’énergie primaire en énergie finale est pénalisante ou non. Les énergies renouvelables sont bien plus favorisées par cette conversion. L’étanchéité à l’air n50 Ces critères ont été éprouvés depuis 1991, date à laquelle le premier bâtiment passif est sorti de terre en Allemagne.

25 ans plus tard, les performances énergétiques de ce petit immeuble sont toujours aussi élevées qu’au moment de la livraison.

Zones chaudes et froides Si vous chauffez, vous créez des points chauds. Et donc, en toute logique, des zones froides. Plus vous chauffez, plus la différence entre les zones chaudes et froides est marquée. Au point que les zones de confort dans le logement s’amenuisent au fur et à mesure que le chauffage augmente. Quel gâchis !

En plus d’une isolation performante des parois, une attention particulière doit être portée à la suppression du passage de la chaleur par des points particuliers de la structure, appelés « ponts thermiques » car ce sont des passages (ponts) qui favorisent les pertes thermiques. Dans la pratique, l’isolation par l’extérieur doit être privilégiée, car elle supprime ces points de passage.

Construire & Rénover Actualité Economie Style Argent Technologie Lifestyle Nest Culture Sport Construire & Rénover CanalZ Nouvelles Graphiques Bourse Plusmagazine

Pourquoi c’est une bonne idée de construire une maison passive en bois

En France, le Grenelle de l’Environnement a tracé une feuille de route pour la progression de la performance thermique. L’objectif est d’atteindre les Bâtiments Passif (BEPAS) et positif (BEPOS) en 2020. En 2014, l’Office Parlementaire des Choix Techniques et Scientifique du Parlement (Sénat et Assemblée Nationale confondus), confirmait l’intérêt de généraliser ce mode constructif.

La construction passive est applicable sous n’importe quelle latitude et dans n’importe quelles conditions. Mais sa conception est exigeante, et pour atteindre l’objectif de réduction par 4 des consommations énergétiques, une grande rigueur est nécessaire.

Toute construction existante peut se transformer en bâtiment passif. Là où les résultats sont particulièrement spectaculaires, ce sont les immeubles indépendants des années 70. On y applique une couche d’isolant extérieur qui a l’avantage d’isoler en même temps tous les ponts thermiques. On en profite pour installer des fenêtres triple vitrage et une ventilation double-flux. Le gain est de l’ordre du facteur 10 ! Même les rénovations où l’isolation extérieure n’est pas possible, peuvent voire leurs consommations divisées par 4 !

Pour cela, les constructions passives sont le plus souvent équipées d’une ventilation dite « double-flux » (flux entrant et flux sortant passent par le système de ventilation) avec échangeur de chaleur. Pour avoir sa place dans un bâtiment passif, ce système doit pouvoir récupérer plus de 75 % de la chaleur de l’air sortant pour la communiquer à l’air entrant (rendement calculé sur l’air extrait).

Il existe environ 3 000 constructions passives en France (dont 200 certifiées Bâtiment Passif), et plusieurs milliers dans le monde. En Belgique, dans la région de Bruxelles, le passif est désormais le standard obligatoire, tout comme au Luxembourg. D’autres métropoles (New-York, Dublin), régions ou pays s’engagent également dans cette voie. En France, la ville de Rennes fait figure de pionnière : elle a inscrit l’obligation de construire passif dans son Plan Local de l’Habitat.

Du fait de la réduction de besoin en chaleur et donc de la sobriété énergétique, cela impacte directement sur l’émission de gaz à effet de serre qui, par conséquent, ici sont minimisées. De plus, le gouvernement français s’est engagé à : • Diminuer de 30 % la consommation d’énergie fossile en 2030 (c’est-à-dire dans moins de 15 ans !) • Réduire la consommation d’énergie finale de 50 % pour 2050. C’est pourquoi, la construction passive est une des solutions évidentes afin d’atteindre ces objectifs et faire un geste pour notre planète.

Suivez Je Vais ConstruireJe Vais Construire sur Facebook Je Vais Construire RSS

La certification passe par la validation de la conception et le calcul des consommations, puis par le test d’étanchéité à l’air et enfin par un suivi des consommations. Bref, une simple déclaration ne suffit pas ! Méfiez-vous des publicités mensongères, vous en savez maintenant assez pour débusquer les tromperies les plus grossières.

Le concept de construction de la maison passive a actuellement 25 ans d’existence et se comporte de manière toujours aussi efficace dans le temps. La maison passive c’est le présent mais surtout l’avenir ! Je vous propose maintenant de découvrir les 10 bonnes raisons de construire une maison passive.

Un des propriétaires interrogés répond aux questions fréquentes dans la vidéo ci-dessous.

Les études sont formelles : le plus gros impact d’un bâtiment n’est pas lors de sa construction, mais sa dépense énergétique lors de ses années d’occupation.

C’est pourquoi une formation diplômante, le CEPH, a été créée. Elle offre aux professionnels les compétences-clés de la conception passive et aux propriétaires la garantie d’un chantier bien mené. Pour répondre aux enjeux spécifiques de chaque public, la formation CEPH se décline à destination des artisans, et des grands maîtres d’ouvrage.

Pollutions. Pour chauffer, il faut utiliser de l’énergie. Et nous pouvons tourner le problème dans tous les sens, l’utilisation de l’énergie engendre de la pollution. Plus ou moins selon l’énergie utilisée, mais le seul moyen de diminuer la pollution, c’est d’en consommer le moins possible.

La maison passive s’adapte donc à son environnement en prenant en compte l’exposition des pièces de vie en fonction du sud, de l’est et de l’ouest ce qui lui permet d’une part, la vue et la lumière et d’autre part, les gains solaire que peuvent apporter les rayons du soleil chauffant la maison.

Le concept du bâtiment passif est que la chaleur dégagée à l’intérieur de la construction (êtres vivants, appareils électriques) et celle apportée par l’extérieur (ensoleillement) suffisent à répondre aux besoins de chauffage. Un bâtiment occupé qui ne perd pas la chaleur interne n’a pas besoin de chauffage pour rester agréable à vivre. Dans un bâtiment traditionnel, le chauffage ne sert qu’à compenser les pertes de chaleur.

Coût Enfin, il faut payer le chauffage. L’énergie, dont le coût est inévitablement amené à augmenter, est un poste non négligeable. Le système de chauffage, lui aussi, représente un investissement conséquent. Il y a mieux à faire avec cet argent.

Suivez-nous Je Vais Construire sur Facebook Je Vais Construire RSS

Le confort à long terme n’est pas négligeable ! La sensation de chaleur en tout points de la maison sans courant d’air est due à une ventilation performante et une compacité architecturale, augmentant considérablement le bien-être de l’occupant. De plus la sensation de froid près des fenêtres ne se fait pas ressentir du fait du triple vitrage et des châssis des fenêtres isolés. La maison aura une température agréable l’été comme l’hiver

Les articles les plus lus1En images : une villa moderniste bénéficie d’une rénovation contemporaine2Le renouveau de la Maison de la Culture de Namur3Eagles of Architecture: “Nous redessinons des exemples illustres de l’histoire”4En images: une reconstruction aux allures de maison neuve5Une maison qui se déplie en dix minutes

Batibouw 2016Pourquoi le liège est une alternative écologique et facile d’emploi”L’Ecolabelling va prouver que les poêles ne sont pas responsables des particules fines”Pourquoi c’est une bonne idée de construire une maison passive en bois’Ces technologies sont-elles bien la priorité de la maison d’aujourd’hui ?’Une cuisine urbaine avec une touche verteLisez tous les articles sur Batibouw 2016

“En plus, le bois possède d’autres qualités vertes”, ajoute encore Riche. “Il se traite facilement, par exemple, ce qui fait que le parc de machines nécessite moins d’énergie. Et il stocke le carbone, ce qui est important pour lutter contre le réchauffement climatique. Finalement, c’est un produit idéal pour une économie circulaire, car on peut lui donner une deuxième vie dans d’autres applications.”

La pollution de l’atmosphère par les différents rejets, si elle est la plus importante, n’est pas la seule : les pollutions sonores, visuelles et olfactives accompagnent tous les systèmes de chauffage traditionnels.

Il est désormais possible, pour faire encore plus d’économies, de récupérer la chaleur des eaux « grises » (lave-vaisselle, lave-linge, douche, lavabos) sortantes pour préchauffer les eaux entrantes venant du réseau (ou l’air entrant).

On retrouve des caractéristiques communes dans toutes les constructions passives : isolation très renforcée, une ventilation mécanique à double flux, et éventuellement, dans les régions chaudes, un puits canadien (également appelé puits provençal). Les nouvelles contraintes thermiques sont, par ailleurs, le support d’innovations dans le bâtiment.

Au sens français, c’est un mode de construction doublé d’un label, car l’appellation ne fait pas l’objet d’un règlement national. Mais les performances énergétiques de l’habitat passif dépassent celles du BBC (Bâtiment Basse Consommation), le niveau réglementaire français depuis la RT 2012.

Les portes et fenêtres, moins isolantes que les parois opaques fixes, doivent aussi atteindre un niveau d’isolation supérieure. Le recours au triple vitrage est conseillé, voire nécessaire pour atteindre une performance suffisante d’isolation dans un bâtiment passif.

Une construction passive, de par sa faible consommation énergétique, est la meilleure base pour un bâtiment positif. Il est en effet bien plus facile et moins coûteux de compenser la faible énergie consommée par une construction passive que celle consommée par un bâti standard. Les dernières évolutions du label Bâtiment Passif, Plus et Premium, récompensent d’ailleurs les constructions qui intègrent des énergies renouvelables.

Beaucoup de bâtiments passifs existent, de nombreux autres se construisent ou se rénovent. C’est donc pour tout de suite. À l’avenir, tous les bâtiments devront se rapprocher de la performance « passive ».

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) est souvent vu comme la panacée en matière d’habitat « durable », car il produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. Le souci est qu’il produit souvent quand ce n’est pas utile et consomme autant que d’autres lorsqu’il ne produit pas. Générer de l’énergie au prix fort ne doit pas se substituer à une diminution importante de la consommation.

En parallèle, le standard de certification pour la rénovation, le label EnerPhit, est assoupli pour intégrer les spécificités des projets de réhabilitation, tout en garantissant un niveau de performance optimal. Aussi, les critères sont les mêmes que pour le neuf (120 kWh/m²/an de consommation d’énergie primaire totale, très grande étanchéité à l’air, maximum de 10 % de jours à 25°), sauf pour le chauffage qui peut atteindre les 25 kWh/m²/an.

En outre, le fait que la mise en œuvre de la maison soit qualitative cela induit obligatoirement sur son comportement dans le temps, la pérennité du bâti est assurée.

Plus cher qu’un bâtiment traditionnel, si on ne prend en compte que l’investissement initial. L’étude thermique, la construction soignée, la quantité et la qualité de l’isolant et des autres matériaux, l’utilisation de menuiseries spécifiques augmentent le coût de construction d’un bâtiment passif. Il est estimé à 5-10 % en neuf par rapport à une RT2012 et proche de zéro en tertiaire (on peut économiser sur les systèmes, notamment en bureaux).

Non, un bâtiment passif n’est pas bizarre. Rien ne ressemble plus à une maison passive qu’une maison qui ne l’est pas. Idem pour les écoles, les bureaux, les supermarchés… C’est une performance énergétique qui est exigée, pas une forme ou un aspect spécifique. Du plus classique au plus excentrique, les architectes peuvent concevoir des constructions passives comme des traditionnelles.

Oui car, par rapport à un bâtiment respectant les normes thermiques actuelles, une construction passive économise beaucoup d’énergie. La dépense énergétique pour le chauffage doit être 2 fois moindre que celle d’un projet respectant la RT 2012 (et dix fois moindre qu’un bâtiment classique). Comme nous l’avons vu plus haut, cette économie d’énergie diminue considérablement l’impact de l’habitation sur l’environnement.

De même, il est conseillé de concevoir des bâtiments compacts pour diminuer la surface de l’enveloppe à isoler. Là encore, les contraintes climatiques et économiques influencent la conception, comme c’est déjà le cas dans l’architecture régionale traditionnelle. Pourquoi ne pas vous en rendre compte par vous même pendant les Journées Portes Ouvertes ?

De plus, la ventilation d’un bâtiment passif est le seul passage « obligé » de l’air, et non plus par les « fuites ». Tout comme l’isolation, l’étanchéité est donc un critère essentiel en passif. A noter que l’air qui passe dans une ventilation double flux est filtré, ce qui permet aux bâtiment passifs de bénéficier d’une excellente Qualité de l’Air Intérieur (QAI).

“Nous essayons de parer les critiques à l’égard d’espèces de bois tropicales en misant de plus en plus sur les arbres européens. Combiné à l’aluminium, ce choix fonctionne très bien, puisqu’il peut compenser la solidité un peu moindre des arbres indigènes.” Parmi les inconvénients, on cite souvent l’entretien que nécessite le bois. “Les matériaux changent en permanence, les performances s’améliorent. En d’autres termes, le cycle de rénovation de dix ans présente des avantages. En outre, il permet de changer de couleur plus souvent” conclut Riche. (VC)

Pour mieux comprendre ce concept, une étude chiffrée a été réalisée à l’occasion de la rénovation d’un pavillon lyonnais.

En construisant (ou rénovant) selon les critères passifs, vous savez que la revente de votre bien sera plus facile que celle de l’immense majorité du parc immobilier. La valeur patrimoniale d’un bâtiment passif est sans conteste supérieure à celle d’un bâtiment réglementaire équivalent, avec un écart qui risque d’augmenter régulièrement, parallèlement à l’accroissement du coût de l’énergie.

Non. La technique de construction d’une maison passive est libre : de la construction métallique à celle en paille, en passant par l’habituel béton et le bois, il n’y a pas de préconisation sur la technique de construction. La construction peut être artisanale ou industrielle, mais elle doit être soignée, ce qui n’est pas l’usage général en France.

A l’occasion des 10 ans du premier bâtiment passif français, une enquête a été menée auprès de 50 habitants.  96% d’entre eux se disaient satisfaits de leur maison :  74% la trouvaient « très confortable », et 86% la jugeait « beaucoup plus économe » qu’une habitation traditionnelle.

Si le bois est parfait pour les constructions passives, c’est grâce à ses propriétés naturelles. “Outre sa capacité à isoler, le bois est très résistant à l’air et au vent. Les arbres sont faits pour résister aux caprices de la nature” raconte Riche. “Cependant, la technique exige une très bonne maîtrise, et particulièrement pour les maisons passives, car l’ensemble des éléments permettra de garder la chaleur à l’intérieur. Nous travaillons avec des poseurs spécialisés en constructions passives. Bref, de la qualité pour toutes les phases du projet.”

La maison passive est avant-gardiste et de ce fait s’inscrit parfaitement dans la prochaine réglementation thermique qui se dessine à l’horizon de 2020. Ne regardons plus en arrière mais vers l’avenir et ce que l’on voit ce sont les maisons passives !

Aménagement intérieur Aimez-vous les radiateurs ? Il y a ceux qui font du bruit, ceux qui sentent la poussière brûlée, ou ceux qui prennent une place démesurée. Il existe également des systèmes de chauffage intégrés au bâti, mais ils engendrent d’autres problèmes d’aménagement, de maintenance, etc.

Ventilation et étanchéité Pour éviter les pertes thermiques, un bâtiment passif doit éviter tout passage d’air. Vous savez, ces filets d’air froid si désagréables dans les constructions mal finies ? Avant l’avènement de la ventilation contrôlée, ces passages permettaient le renouvellement de l’air, indispensable au bien-être des habitants. Ils sont dorénavant à éradiquer, car ils mettent en péril la performance thermique et peuvent causer des dommages à l’enveloppe.

Le sur coût initial d’une maison passive se rentabilise en partie à moyen terme, quand le coût global à long terme, est une toute autre façon d’appréhender l’avenir. En effet, en prenant en compte les consommations, l’entretien et le renouvellement des appareils, la maison passive sera rentable et moins chère qu’une maison standard.

Pourquoi faire le choix d’une maison passive ?  Quelle différence avec un logement traditionnel ? Est-ce plus confortable ?

Récupération de la chaleur sortante Une maison passive, comme toute maison moderne et confortable, est (très) bien ventilée. Mais comme la ventilation aspire l’air extérieur puis le rejette à l’extérieur après passage dans la zone chaude ; il n’est pas question de chauffer cet air entrant pour finir par jeter cette chaleur dehors. Lorsque l’isolation est satisfaisante, la ventilation devient un canal important de perte thermique. L’idée est donc simple : on récupère la chaleur de l’air sortant (pas l’air lui-même, juste sa chaleur) pour réchauffer l’air entrant. En période froide, plus question de faire rentrer de l’air gelé !

Une vraie construction passive doit répondre à 4 critères précis. La certification vous donne la garantir que ce sera le cas :

Devenez membre de La Maison Passive pour tout connaître du bâtiment très basse consommation, les avancées techniques, les temps forts et les nouveautés !

200Fois partagé Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Lire plus tard Imprimer

Afin de pouvoir bénéficier de tous ces avantages il ne faut, bien sûr, pas appliquer qu’un seul des systèmes performants. La maison passive, c’est un tout. La conception globale de la maison passive permet un confort amélioré et une qualité de vie supérieure.

Dans le cas d’un achat à court terme, en optimisant la performances du bâti, cela contribue fortement à accroître sa valeur dans l’immédiat certes, mais également à la préserver dans l’avenir. En effet, seul les habitats performants répondrons aux normes de demain (RT 2020) et prendrons, de ce fait, de la valeur. C’est l’assurance d’un bon placement !

Tout d’abord, le point majeur est la réduction en besoin de chauffage qui est considérablement réduit ! Ces performances énergétiques sont dues à une enveloppe d’isolation et d’étanchéité à l’air continues et renforcées qui entoure le bâti mais aussi par la mise en place d’une ventilation avec récupération de chaleur. Ce qui permet de garder une température agréable toute l’année. Les apports solaires et internes jouent, bien sûr, un rôle majeur dans le gain de chaleur.

Isolation. Il est assez évident que pour garder la chaleur dans une construction (ou la laisser dehors lorsqu’il fait chaud), il faut bien isoler les parois. Car les principales pertes se font lors du passage de la chaleur à travers ces parois : tout d’abord le toit (l’air chaud monte), puis les murs et enfin le sol. Les portes et fenêtres sont considérées comme des parois particulières (transparentes et/ou ouvrantes).

Cette évolution ne s’est pas faite par hasard. Le chef d’entreprise, qui possède une division de charpenterie d’environ 80 personnes, sait ce qui est nécessaire pour atteindre les normes des habitations passives. “Nous voyons de plus en plus de projets de constructions passives. Au niveau fenêtres, le passif couvre 10 à 15% de notre volume. Pour nous, ce focus sur la baisse des valeurs énergétiques est excellent. De nature, le bois est un très bon isolant, ce qui nous a permis de récupérer une part de marché de l’aluminium”.

Tout sur Gros oeuvreCaves et égouttageConstruction durableIsolationMatériaux de gros oeuvreMéthodes de constructionPortes et fenêtresProtection solaireRevêtements de façadeRevêtements de toitureTraitement de l’eau

L’annuaire en ligne vous permet également d’identifier un professionnel compétent près de chez vous.

Définition de la construction passive Construire passif, la garantie d’un bâti de qualité. EN DEUX MOTS, COMMENT FONCTIONNE UN BÂTIMENT PASSIF ?

Une fois par an, en novembre, les bâtiments passifs ouvrent leurs portes partout en Europe, ce sont les Journées Portes Ouvertes. À l’occasion du Salon Passi’bat, une journée de visites guidées permet de découvrir des bâtiments exemplaires avec une approche plus technique.

Terrasse couverteVivre au sous-solLes cloisons mobilesS’abonner

Imaginez un bâtiment parfaitement isolé, comme s’il avait été recouvert d’un manteau qui le protège autant l’hiver que l’été. Il fait bon à l’intérieur, puisque vous l’occupez et y rejetez de la chaleur. Si, en plus, le temps est ensoleillé, c’est encore mieux, et vous n’avez plus besoin de chauffer. Mais il faut éviter que le soleil n’y entre l’été, pour éviter les surchauffes.

Pourquoi C’est Une Bonne Idée De Construire Une Maison Passive En